Vous avez aimé 2020 ? Alors vous adorerez 2021.

La prorogation de l’état d’urgence sanitaire, imposée par cette petite majorité contestée, est une dérive anti démocratique grave que nous allons, j’en suis convaincu, durablement regretter.
L’Histoire, même récente, nous apprend que les lois d’exception promulguées lors d’états d’urgences, sont généralement normalisées et restent, même après la sortie de crise…


Comme j’aimerai avoir tort, comme j’aimerai me tromper… mais à la vue des tronches de certains députés au sortir de l’hémicycle hier soir, je crains le pire.
Ce président a obtenu ce qu’il désirait à savoir, s’affranchir du peu de démocratie qu’il restait dans ce pays.


D’abord en squeezant les parlementaires, par l’intermédiaire de son ministre Véran, qui invalidera tous les votes des députés jusqu’à l’arrivée des renforts de sa majorité. C’est donc le 4è vote qui a été retenu, sans les amendements restrictifs de l’opposition. Il assure ainsi les pleins pouvoirs à ce gouvernement fou jusqu’à mi-février. Trois mois étanches à toute intervention démocratique, sans aucun levier susceptible de dévier, ni même de ralentir ce rouleau « compresseur de droits, de libertés et de justices ».


Mais en plus des députés, il distancie également son propre gouvernement en se « bunkérisant » au sein d’un « Conseil de défense »… Divin ? Et oui divin car elle sort d’où cette… « cellule », composée de militaires, de Castex et de Macron ?… Inédit et sans existence légale, en tous cas pas dans les tiroirs de la 5è, de là à parler d’un pouvoir anticonstitutionnel…


Maintenant il reste une étape importante, faire voter la loi « Sécurité Globale ».
Je vous passe les détails car j’en ai parlé récemment. En gros c’est une loi qui donne les pleins pouvoirs à la police. Sous relents nauséabonds de menace terroriste bien entendu : Surveillance intelligente, reconnaissance faciale, traçages, fichages etc…Mesures d’exceptions marquées dans le marbre, souvenez-vous.


Je pense que cette loi va être adoptée très facilement. D’abords parce que beaucoup de parlementaires aiment bien (beaucoup) l’ordre, et si je me trompe alors « au diable les parlementaires !… » l’état d’urgence sanitaire permettra sans problème de faire passer cette loi « sécurité globale » autoritairement, genre 49.3 ou ordonnance…Vous me dites « quel rapport avec la Covid ?  » Mais aucun. Si la Covid était le vrai problème, tout serait réglé en donnant des moyens à la santé, et non l’inverse pratiqué tous les jours…


Non, la Covid n’est pas le problème. La Covid est le prétexte.
Le problème (et la solution pour Macron) c’est la Sécurité Globale.


Ok, c’est un peu pessimiste tout ça, mais je viens d’arrêter de fumer alors…
Avouez !… : Les pleins pouvoirs à Macron, les pleins pouvoirs à ses flics, les chambres court-circuitées… Pue thym mais c’est « open bar » pour le Conseil de défense ça !…


Du coup, je les vois bien installer l’État d’urgence « jusqu’à nouvel ordre ». (on me dit dans l’oreillette que c’est pour janvier)
Alors j’entends déjà ceux qui disent – « Vivement les élections, de toutes façons ça ne pourra pas être pire.»


Effectivement, ça pourrait ne pas être faux, sauf que les élections en état d’urgence… ben il n’y en a pas.


Les manifs, avec des flics en roue-libre… il n’y en aura plus très longtemps.
Le confinement…si vous prenez leur vaccin, et que vous restez bien sages, vous aurez le droit d’aller bosser, et peut-être même de consommer. Si vous ne le voulez pas ils vous obligeront. D’abords gentiment (camps, limitations sociales, travail, amendes) mais ça ne durera pas.


On a fait quasiment le tour du truc. En bref je crois vraiment que ce dernier état d’urgence donne les clés à Macron pour définitivement sceller le sort de la démocratie en France.
Une solution existe pourtant, et il est encore temps, même si là, ça commence à urger un peu. Les Gilets Jaunes, trop seuls, ont été les derniers à montrer le chemin. A montrer qu’il suffirait d’un jour. Un seul jour où le peuple s’accorderait pour se révolter et dire stop une bonne fois pour toutes. Non, ce n’est pas impossible car il n’est pas besoin d’être si nombreux, quelques milliers bien déterminés, dans une trentaine de villes bien choisies…Mais oui, je sais. Vous pensez qu’il y a encore le temps, que ce n’est pas le moment, vous vous en foutez…


Toujours est-il que moi, je ne me laisserai pas vacciner.
Et je tuerai celui qui tentera d’empoisonner ma famille.
Je me ferai sans doute interner, ou déporter, voire flinguer… J’espère seulement qu’il restera quelqu’un pour leur dire que leur grand-père a tout donné, et qu’avec quelques amis il s’est battu jusqu’au dernier jour. Mais qu’on ne les a pas crus.


Eric Marc

Partagez !