L’affaire des Rafales Indiens…

Médiapart révèle que le Parquet National Financier étouffe l’affaire ou sont cités les noms de Hollande, macron et Le Drian…

« On ne peut quand même pas tirer partout. Il faut bien peser les choses, préserver les intérêts de la France, la marche des institutions… » Déclare Éliane Houlette.

L’affaire en 8 minutes. Source : Médiapart.

Résumé de l’affaire :
En 2012. Dassault remporte l’appel d’offres pour 126 Rafale, dont 108 doivent être assemblés en Inde par le groupe aéronautique public HAL, désigné par l’État indien comme le partenaire principal de Dassault.

Dassault a dû promettre de reverser la moitié du montant du contrat (près de 4 milliards d’euros finalement) à des entreprises indiennes, par exemple sous forme d’achats de composants.

Les négociations s’enlisent pendant trois ans, jusqu’au coup de théâtre d’avril 2015 : le premier ministre indien annonce, à la surprise générale, qu’il souhaite annuler l’appel d’offres, afin d’acheter de gré à gré seulement 36 Rafale, tous fabriqués en France.

Au même moment, HAL est brutalement éjecté du deal et remplacé dans des conditions suspectes par la société privée Reliance, détenue par un ami du premier ministre Narendra Modi, Anil Ambani.

Reliance est pourtant en mauvaise santé financière et sans aucune expérience de l’aéronautique. Et Anil Ambani semblait savoir à l’avance qu’il allait être choisi.

Le nouveau deal a été annoncé par Narendra Modi le 10 avril 2015 à Paris, lors d’une visite au président Hollande. Dès le 23 mars, Anil Ambani avait été reçu à Paris par plusieurs conseillers du ministre de la défense Jean-Yves Le Drian,

Comme par hasard, le jour de l’arrivée en Inde de François Hollande pour signer l’accord préliminaire entre l’Inde et la France sur les Rafale, Reliance annonçait avoir financé un film coproduit par Julie Gayet, la compagne du chef de l’État, à hauteur de 1,6 million d’euros…

L’info complète sur: Médiapart,
«Rafale Papers»
L’affaire des Rafale

Partagez !